RENAUD MUSELIER

« La contamination des eaux usées [prouve la responsabilité du carnaval de Marseille] »

Le président de la région Paca, Renaud Muselier a publié sur Twitter, le samedi 27 mars 2021 deux images. Celles-ci représentent, selon lui, l’évolution de la Covid-19 dans les eaux usées de Marseille « avant et après le carnaval » qui s’est tenu sans aucune autorisation dimanche 21 mars 2021 et où étaient présentes 6 500 personnes. Sur la seconde carte, qui est celle du bilan réalisé le 27 mars 2021, de nombreuses zones rouges apparaissent qui n’étaient pas dans le premier bilan du 17 mars. L’élu conclut, ainsi, à un lien de causalité entre la tenue du carnaval et l’explosion des contaminations visibles dans les eaux usées de Marseille.

Auprès de LCI, le Bataillon de marins-pompiers de Marseille (BMPM) se désolidarise de l’interprétation faite par Renaud Muselier. Bien qu’ils affirment que  « l’analyse de la circulation du virus n’est pas dans [leurs missions] », les marins-pompiers ont tout de même « noté le rôle des variants dans cette évolution ». Ils remarquent « la disparition du variant sud africain remplacé [par le variant anglais] dans les zones rouges ».

En réalité, c’est le variant britannique qui pourrait être à l’origine de la hausse des contaminations sur tout le territoire.

De ce fait, même si le carnaval a eu lieu à proximité d’un point rouge, la présence virale s’observe aussi dans des communes situées à des dizaines de kilomètres du centre-ville marseillais.

LCI rappelle également que si l’événement avait conduit à une recrudescence de cas positifs, les résultats ne pourraient pas être visibles sur la carte, les prélèvements ayant eu lieu le vendredi 25 mars, selon les données visibles sur la carte publiée. La rédaction en conclut que « le lien de causalité entre le carnaval et la hausse des contaminations n’est donc pas prouvé ».

Les propos de Renaud Muselier sont donc faux.

Pour lire l’article des « Vérificateurs » de LCI dans son intégralité, c’est ici :

 

Pin It on Pinterest