MARINE LE PEN

« La contribution nette à l’Union européenne […] a été multipliée par quatre en quatre ans »

Invitée le 23 novembre 2021 sur France Inter, la candidate Rassemblement national à la présidentielle, Marine Le Pen, a confirmé une proposition de campagne afin d’exonérer les jeunes de moins de 30 ans de l’impôt sur le revenu. Un auditeur l’a ensuite interrogé sur le financement de cette mesure. Marine Le Pen a alors évoqué les « économies à faire sur la contribution nette à l’Union européenne qui a été multipliée par quatre en quatre ans ».

Contactée par « CheckNews » de Libération, l’équipe de campagne de la candidate a affirmé qu’il s’agit d’un « lapsus » et que Marine Le Pen « voulait dire [par] deux en quatre ans ». Les journalistes de Libération se sont appuyés sur l’annexe du projet de loi de Finance 2022 (PLF) pour vérifier cette évolution. D’abord, ils rappellent que la contribution française est la deuxième la plus importante derrière l’Allemagne et est constituée des « ressources propres traditionnelles » (droits de douane) et du « prélèvement sur les recettes » (TVA et le revenu national brut). Entre 2016 et 2020, la contribution est passée de 20,82 à 25,34 milliards d’euros soit une multiplication par 1,2.

Pour 2022, le PLF a évalué la contribution française à 28,17 milliards d’euros, contre 28,80 milliards en 2021 : « Le montant de la contribution française au profit de l’Union européenne […] a été multiplié en part des recettes fiscales françaises par plus de deux en quarante ans. » D’après la Cour des comptes, les prélèvements sur les recettes devraient poursuivre leur hausse dans les années à venir : 8 milliards par an en moyenne sur la période 2021-2027.

Les propos de Marine Le Pen sont donc faux.

Pour lire l’article de « CheckNews » de Libération en intégralité, c’est ici :

 

Pin It on Pinterest