ÉRIC CIOTTI

« La France multiplie par quatre les délais de vaccination en raison d’une consultation pré-vaccinale, associée à un délai de rétractation de 4 jours qui compliquent et allongent inutilement la campagne vaccinale »

Dans un courrier du 30 décembre 2020 adressé au président de la mission d’information sur la gestion de l’épidémie de Covid-19, le député LR Éric Ciotti (comme le président du groupe LR à l’Assemblée nationale Damien Abad) dénonce une mauvaise gestion de la distribution française de vaccins. L’élu avance que « la France multiplie par quatre les délais de vaccination en raison d’une consultation pré-vaccinale, associée à un délai de rétractation de 4 jours qui compliquent et allongent inutilement la campagne vaccinale ».

Ce délai, supposément prévu pour donner la possibilité aux résidents d’Ehpad de se rétracter cinq jours après avoir donné leur accord pour le vaccin, n’existe pas, explique Jean-Mathieu Pernin dans l’émission Fact Checking sur RTL. Jacques Battistioni, le président du syndicat de médecins généralistes MG France, avait expliqué sur LCI que ce délai était « une interprétation du guide de la vaccination disant qu’il est souhaitable de faire les consultations cinq jours avant la date de la vaccination pour que l’on ait le temps de commander les doses ».

Le consentement du patient est obligatoire pour tout vaccin et chacun a le droit de réfléchir et revenir sur sa décision, juste après le rendez-vous médical ou juste avant la vaccination. Selon le code de déontologie médicale, « le médecin a l’obligation de respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ce choix ».

Ce délai de rétractation n’existe pas, les propos d’Éric Ciotti sont donc faux.

Pour lire l’article « Fact checking » de RTL en intégralité, c’est ici :

 

Pin It on Pinterest