Mort de Diego Maradona, un déconfinement par étapes en France : résumé de la semaine

Article, Carousel

​Maradona, l’idole de tout un pays est décédé. Fresque dans le quartier de La Boca, Buenos Aires. Photo : Wagner Fontoura/Flickr

Loisirs

Diego Maradona est mort. Le cœur du « Pibe del oro » s’est arrêté dans la matinée du 25 novembre, en plein sommeil. Diego Maradona avait 60 ans. Il venait de se faire opérer du cerveau, après des années à enchaîner les problèmes de santé et d’addiction. En disparaissant, c’est le monde entier que cette légende du ballon rond a plongé dans la tristesse. Trois jours de deuil ont été annoncés en Argentine, son pays natal. Des milliers de personnes se sont rendues à la Casa Rosada, le palais présidentiel, le 26 novembre pour lui rendre un dernier hommage. Puis le corps a rejoint le caveau familial au cimetière du Jardin de Paz, à Bella Vista. Malgré sa célébrité, Diego Maradona n’oubliera jamais ses origines en restant toujours attentif aux plus démunis. Né à Lanus, le 23 octobre 1960, sa carrière commence à l’âge de 16 ans lorsqu’il rejoint le club Argentinos Juniors. En 1984, il s’envole pour le SSC Naples, où il jouera pendant sept ans. Deux ans plus tard, ses buts remarquables permettront à l’Argentine de décrocher la Coupe du monde contre l’Angleterre, faisant de lui un véritable dieu vivant.

Le film Deux représentera la France aux Oscars 2021. En plus d’être le premier long-métrage de Filippo Meneghetti, Deux met en lumière une histoire encore trop peu racontée : celle d’un amour partagé par deux femmes retraitées. Tourné entre Montpellier (Hérault) et Sommières (Gard), cette comédie dramatique franco-belge-luxembourgeoise raconte l’idylle secrète que Nina (Barbara Sukowa) et Madeleine (Martine Chevallier) vivent depuis une vingtaine d’années. Jusqu’au jour où tout bascule. Sélectionné parmi quatre autres films (ADN de Maïwenn, Eté 85, de François Ozon, Mignonnes de Maïmouna Doucouré et Gagarine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh), Deux doit encore convaincre l’Académie des Oscars pour espérer concourir dans la prestigieuse catégorie du long-métrage international.

Stéphane Nomis a été élu président de la Fédération française de judo, dimanche 22 novembre. Il remplace donc Jean-Luc Rougé, en poste depuis plus de quinze ans. En plus de son bagage d’entrepreneur et d’humaniste, Stéphane Nomis a bien sûr un passé sportif : il a été pendant neuf ans en équipe de France et a remporté trois médailles d’argent au Championnat de France. À 50 ans, il veut réformer  la fédération et estime que « notre sport voulait du changement ». Ce remplacement de capitaine intervient alors que le monde du judo français est secoué par des scandales sexuels. Stéphane Nomis affirme s’atteler dès les prochains jours au dossier des violences, « une urgence car nous devons impérativement éradiquer ce fléau ».

Un black friday plus vert ? C’est ce que souhaitent mettre en place plusieurs initiatives solidaires comme Green Friday, Good Friday ou encore Make Friday Green again, qui rassemble environ 1 000 marques à elle seule. Né dans les années cinquante en Amérique du Nord, le black friday a ensuite débarqué en France en 2013. Initialement programmé après les fêtes de Thanksgiving, ce « vendredi noir » marque traditionnellement le coup d’envoi des achats de fin d’année. Mais les marques engagées dans ces initiatives green prônent quant à elles le retour à un jour comme les autres et invitent leurs clients à consommer de manière plus raisonnée. Le 7 novembre, quatre fédérations françaises de commerçants allaient même  jusqu’à demander l’interdiction du black friday 2020, sans succès. La journée a été décalée au 4 décembre au lieu du 27 novembre.

Les 32 skippers encore en course sont dans l’Atlantique Sud. Les voiliers en tête se dirigent vers le cap de Bonne Espérance. Charlie Dalin est toujours premier, suivi de Thomas Ruyant. Ce dernier est rattrapé par Jean Le Cam. Jérémie Beyou essaie de rattraper son retard mais est toujours en dernière position après avoir dû faire demi-tour pour réparer son bateau. Infographie : Camille Granjard/EPJT

Charlie Hebdo a 50 ans. Pour l’occasion, le site web du journal s’est apprêté de ses seize plus belles unes, « de quoi remonter le temps et retrouver les bouilles sympathiques de vieilles connaissances, mortes comme Jacques Chirac… ou pas tout à fait, comme Valéry Giscard d’Estaing », ironise la rédaction. Né le 23 novembre 1970 sur les cendres de Hara-Kiri (un journal satirique censuré la même année), Charlie Hebdo continue de se battre pour la liberté d’expression cinq décennies plus tard : « Ce n’est pas la quantité immense des opinions qui sert la liberté d’expression, mais la qualité de ce qu’on publie grâce à elle », déclarait Riss dans un entretien paru le 23 novembre sur le site de Franceinfo. Cet anniversaire survient en plein cœur du procès des attentats qui ont coûté la vie à une partie de la rédaction du journal en janvier 2015. L’équipe fait de nouveau face à des menaces depuis la republication des caricatures de Mahomet le 2 septembre 2020.

Le corps sans vie de Christophe Dominici a été retrouvé, mardi 24 novembre, dans le parc de Saint-Cloud, près de Paris. Ce joueur de rugby, ancien ailier du XV de France, se serait suicidé. Un témoin l’aurait vu monter sur le toit d’un bâtiment désaffecté, à une vingtaine de mètres de haut. Souvent présenté comme insaisissable, tourmenté, sa fragilité psychologique fait regretter à ses proches de ne pas l’avoir assez accompagné. Il avait traversé le deuil à plusieurs reprises, à la mort de sa sœur puis de sa femme. L’homme de 48 ans était connu pour les rencontres sous le maillot de Toulon puis du Stade français. Il avait notamment marqué un essai légendaire pendant la demi-finale de Coupe du monde en 1999 face aux All Blacks.

CORONAVIRUS

Emmanuel Macron a annoncé le calendrier du déconfinement mardi 24 novembre. Celui-ci se fera en trois étapes. La première, le 28 décembre : certains commerces rouvriront jusqu’à 21 heures, les promenades seront autorisées dans un rayon de 20 kilomètres et pour trois heures. Les activités extra-scolaires en plein air seront permises. Il faudra toujours utiliser son attestation de déplacement. Ensuite, la fin du confinement est annoncée pour le 15 décembre. Salles de cinéma, théâtres, musées accueilleront du public. Un couvre-feu de 21 heures à 7 heures sera imposé sauf le 24 et le 31 décembre. La troisième étape se fera le 20 janvier : les salles de sport et les restaurants rouvriront. Les lycées reviendront à leur capacité d’accueil maximal. Quinze jours plus tard, les étudiants devraient retrouver leur université. Parcs d’attractions, parcs d’expositions, salles des fêtes, bars et discothèques resteront fermés.

Infographie : Manon Modicom/EPJT

La stratégie de vaccination pour le pays a été dévoilée. Plusieurs vaccins seront disponibles. Certains fin décembre, d’autres au printemps. Mais ils ne seront administrés qu’après les premières validations des autorités de santé. Le président a assuré que l’Union européenne avait précommandé des doses de vaccin afin de sécuriser les stocks. Ils seront répartis dans les pays membres proportionnellement au nombre d’habitants de chaque Etat. La France veut être transparente sur les vaccins : « Un comité scientifique sera chargé du suivi de la vaccination. » La vaccination ne sera pas obligatoire. Le personnel soignant et les personnes âgées seront prioritaires.

Un plan économique renforcé pour faire face à la crise. Certaines mesures étaient déjà présentes pendant le premier confinement : chômage partiel ; prolongation des droits des entreprises et des chômeurs ; prêts garantis par l’Etat, annulations et reports de charges, fond de solidarité pour les entreprises et les indépendants. Les familles bénéficiant des APL percevront 100 euros par enfant. Les bénéficiaires du RSA, les jeunes de moins de 26 ans non étudiants qui bénéficient de l’APL, les étudiants boursiers et les bénéficiaires de l’allocation de solidarité recevront 150 euros. Ces dispositifs ont été renforcés notamment avec le fonds de solidarité rehaussé jusqu’à 10 000 euros. Tous les établissements fermés, quelle que soit leur taille, recevront 20 % du chiffre d’affaires perçu en 2019 sur la même période.

Monoprix n’est pas d’accord avec les restrictions gouvernementales et le fait savoir. La marque, connue pour ses nombreux jeux de mots, s’est distinguée par une campagne d’affichage particulièrement audacieuse.

Nouvelle étude à venir pour le vaccin AstraZeneca. Après avoir annoncé une efficacité moyenne de 70 % pour son vaccin, le laboratoire britannique doit finalement revoir sa copie. Le quotidien The Guardian a révélé qu’une erreur de dosage avait été commise durant la phase de test. Environ 3 000 patients ont ainsi accidentellement reçu une demi-dose lors de la première injection. Pourtant, l’efficacité pour ce groupe isolé s’élève à 90 %, contre 62 % pour les personnes ayant reçu deux doses complètes. « Nous devons faire une étude complémentaire », a reconnu le patron d’AstraZeneca, Pascal Soriot, jeudi 26 novembre.

La Fédération hospitalière de France (FHF) alerte sur les malades oubliés de l’épidémie. À travers une enquête parue le 22 novembre dans le Journal du dimanche, elle évalue à près de 2 millions le nombre d’examens ou d’opérations annulés dans les établissements de soins français durant la première vague de coronavirus. Une baisse de 80 % des actes de chirurgie ambulatoire a ainsi été constatée durant le premier confinement, contre 58 % pour les interventions nécessitant une hospitalisation. Les coloscopies de diagnostique ont quant à elles chuté de 87 %. Des déprogrammations dramatiques selon le président de la FHF, Frédéric Valletoux, qui regrette « des pertes de chance très importantes pendant et après le confinement. »

La fin de la deuxième vague se dessine dans une majorité de pays européens. Certains assouplissent les restrictions, d’autres au contraire instaurent ou prolongent le confinement. Infographie : Grégory Genevrier/EPJT

France

Quatre policiers suspendus après des violences. Jeudi 26 novembre, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a demandé la suspension de quatre policiers du commissariat du 17e arrondissement de Paris. « Lorsqu’il y a des gens qui déconnent, ils doivent quitter l’uniforme », a-t-il déclaré sur France 2. Une enquête a également été ouverte. Les policiers sont accusés d’avoir roué de coups et insulté un producteur de musique dans son studio à Paris, le 21 novembre. Des images de vidéosurveillance révélées par le média Loopsider montrent les fonctionnaires de police entrer dans le studio en agrippant l’homme puis le frapper à coups de poing, de pied et de matraque. Cette affaire intervient quelques jours après l’évacuation musclée d’un camp de migrants dans la capitale et en pleine controverse sur l’article 24 de la loi de sécurité globale. Adopté vendredi 20 novembre à l’Assemblée nationale, Jean Castex a annoncé l’instauration « d’une commission indépendante » pour tenter de calmer les esprits.

Flambée des violences conjugales et sexuelles. La journée internationale pour l’élimination de la violence faite aux femmes s’est tenue le mercredi 25 novembre. Quelques centaines de militantes ont bravé les restrictions sanitaires pour se rassembler. L’occasion de rappeler que l’apparition de la Covid-19 est allée de pair avec une recrudescence des agressions intrafamiliales. Un an après le Grenelle des violences conjugales, une concertation organisée par le gouvernement, la plateforme de signalement en ligne a enregistré une hausse de 15 % des alertes depuis le reconfinement. De son côté, la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, a annoncé le dimanche 22 octobre le signalement de 313 affaires de violence sexuelle dans 40 fédérations sportives.

Procès des écoutes de « Paul Bismuth ». Sitôt ouvert, lundi 23 novembre, le procès de Nicolas Sarkozy dans l’affaire « Paul Bismuth » a été suspendu le temps qu’un des prévenus, Gilbert Azibert, absent pour raisons de santé, soit soumis à une expertise médicale. Cette dernière a conclu à un état de santé satisfaisant. En conséquence, le tribunal judiciaire de Paris a ordonné la reprise du procès lundi 30 novembre. Dans cette affaire, l’ancien chef de l’Etat est accusé de « corruption » et de « trafic d’influence ». Nicolas Sarkozy, son ancien avocat Thierry Herzog et le magistrat Gilbert Azibert risquent une peine de dix ans de prison et une amende de 1  million d’euros.

 

Polémique autour du syndicat Avenir lycéen. Dans une longue enquête publiée samedi 21 novembre, Libération assure que le syndicat Avenir lycéen a germé dans l’entourage proche de Jean-Michel Blanquer. Il aurait pour objectif de servir la communication du ministre et surtout de rompre tout dialogue avec les autres syndicats lycéens opposés à ses réformes. Des accusations qui viennent s’ajouter aux révélations de Mediapart début novembre. Le journal d’Edwy Plenel révélait que le syndicat Avenir lycéen avait bénéficié de 65 000 euros d’argent public en 2019. Une somme utilisée dans des frais de restaurants et d’hôtels de luxe. Le ministre de l’Éducation nationale rejette ces accusations en bloc : « Libération et Mediapart essaient de faire une affaire à partir de rien. » Jean Castex a défendu son ministre devant l’Assemblée nationale balayant des « affirmations dénuées de tout fondement ».

Un délit d’écocide va être créé. Il visera à sanctionner les atteintes graves à l’environnement. Les amendes iront de 375 000 à 4,5 millions d’euros. Issu de la Convention citoyenne sur le climat, la mesure devait initialement instaurer la notion de crime. Une définition que jugeaient nécessaire les associations écologiques. Le garde des Sceaux, Eric Dupont-Moretti, fait valoir un problème de constitutionnalité à l’égard du mot « crime ». Un deuxième délit de « mise en danger de l’environnement » devrait aussi voir le jour.

Le procès des attentats de janvier 2015 reporté. La cour d’assises spéciale a écarté l’usage de la visioconférence malgré l’état de santé de l’accusé Ali Riza Polat atteint de la Covid-19. Il est jugé pour complicité de crimes terroristes dans l’attentat qui a eu lieu à l’Hyper Cacher à Paris le 9 janvier 2015. L’audience suspendue depuis trois semaines a été de nouveau reportée au lundi 30 novembre. Ce report permettra au conseil d’État de se prononcer sur le recours à cette captation vidéo autorisée par le gouvernement. Les parties civiles, présentes au procès, sont fermement opposées à l’usage de la visioconférence. Quant aux avocats de la défense ils dénoncent, dans un tribune publiée le 21 novembre dans le journal Le Monde, « une atteinte préoccupante au fonctionnement de la justice ».

Le procès de sept militaires de l’école de Saint-Cyr s’ouvre à Rennes. Ils sont jugés pour homicide involontaire huit ans après la noyade du sous-lieutenant Jallal Hami lors d’une soirée d’intégration. Les mis en cause évoquent la tradition. Même si le responsable des deuxième année a assumé mardi devant le tribunal : «  Un homme est décédé car j’ai manqué de force morale.  » Le soir du drame, les nouveaux incorporés de l’école avaient dû traverser un étang à la nage, avec casques et rangers dans une eau à 9 °C. De nombreux élèves s’étaient retrouvés en difficulté, s’agrippant les uns aux autres. Des bouées avaient été lancées par les organisateurs pour extirper les élèves. Prévenus une heure après que Jallal Hami soit signalé manquant, les pompiers trouveront son corps vers 2 h 35 du matin.

Monde

Un Brésilien noir a été battu à mort par des agents de sécurité blancs. Le drame s’est déroulé dans un supermarché du groupe Carrefour, à Porto Alegre, le vendredi 20 novembre. Deux vigiles ont été écroués et une responsable du magasin, aperçue en train de filmer la scène, a été arrêtée. En pleine journée de célébration de la conscience noire, le meurtre de João Alberto (40 ans) a indigné le Brésil. Des manifestations antiracistes ont eu lieu devant différents magasins Carrefour. Les manifestants ont repris le slogan « Les vies noires importent », clamé par le mouvement Black Lives Matter né aux États-Unis. Le président brésilien d’extrême droite, Jair Bolsonaro, a accusé les manifestants de vouloir importer dans le pays des « tensions qui ne font pas parties de son histoire ». L’ONU a dénoncé l’existence d’un « racisme structurel » au Brésil et demandé une enquête indépendante. Le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, a exprimé ses condoléances dans une série de tweets en portugais après cet « acte horrible » et estimé que les images étaient « insupportables ».

Le parlement du Guatemala incendié. Samedi 21 novembre, une manifestation a eu lieu dans les rues de Guatemala City (capitale du Guatemala) pour protester contre le pouvoir en place. Les manifestants réclament davantage de ressources pour palier les inégalités, dans ce pays où 59 % de la population vit dans la pauvreté. Parmi les protestataires, un groupe a mis le feu au parlement en signe de contestation. Quarante personnes ont été interpellées. Ce rassemblement fait suite à l’annonce du budget très controversé prévu pour 2021. Le 23 novembre, le président du parlement, Allan Rodriguez, a annoncé la suspension du projet de budget « afin d’assurer la gouvernance du pays et la paix sociale ».

L’armée éthiopienne lance l’offensive finale au Tigré. Les sécessionnistes issus du Front de libération des peuples du Tigré (TPLF) affrontent depuis plusieurs semaines le gouvernement fédéral. Le président du Tigré avait rejeté, lundi 23 novembre, l’ultimatum lancé la veille par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed qui leur donnait 72 h pour se rendre. L’armée cerne désormais la ville de Mékélé, capitale de cette région située au nord du pays. Le secrétaire général de l’Onu, António Guterres, avait précédemment réclamé « l’ouverture de couloirs humanitaires » afin que de l’aide puisse être directement acheminée jusqu’à la population prise au piège dans les combats.

Joe Biden annonce les premiers membres de son gouvernement. Lundi 23 novembre, le nouveau président américain a rendu public les principaux noms de son gouvernement, qui entrera en fonction le 21 janvier 2021. Parmi eux, figurent notamment Antony Blinken, en charge de la diplomatie américaine, ou encore Janet Yellen, qui devient la première femme secrétaire du Trésor des États-Unis. De son côté, Donald Trump a donné son feu vert au lancement du processus de transition vers l’administration Biden. Quelques jours plus tard, le président sortant a assuré qu’il quitterait la Maison Blanche si le collège électoral désignait Biden vainqueur. Le collège, qui réunit les grands électeurs du pays, doit se réunir le 14 décembre pour annoncer officiellement le nom du 46e président des États-Unis.

Benyamin Netanyahou a rencontré le prince héritier d’Arabie saoudite. Cette entrevue s’est déroulée, dimanche 22 novembre, à Neum, une ville balnéaire saoudienne. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo était présent lors des échanges. Si cette réunion est attestée par des officiels de haut rang israéliens, elle n’a pas été confirmée par Benyamin Netanyahou. Elle est même démentie par le ministre saoudien des Affaires étrangères. Cette visite inédite d’un Premier ministre israélien en Arabie saoudite constitue un événement majeur au Proche-Orient. Si elle a bien eu lieu…

Roch Marc Christian Kaboré réélu président du Burkina Faso. Avec 57,87 % des voix, le président sortant a été réélu pour un deuxième mandat dès le premier tour de l’élection présidentielle. L’opposition, représentée par Eddie Komboïgo, a terminé très loin, avec seulement 15,48 % des voix. C’est une immense déception pour le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), qui faisait son grand retour après avoir été interdit d’élections en 2015. Le CDP menace toutefois de ne pas reconnaitre les résultats « entachés d’irrégularités » d’après lui. Selon la Commission électorale, l’élection n’a pas pu avoir lieu sur un cinquième du pays, ce qui représente environ 350 000 votes. Cette restriction d’accès aux urnes s’explique par l’instabilité du Burkina Faso face à la menace terroriste très présente dans la région.

G20 virtuel. L’Arabie saoudite a présidé cette réunion en visioconférence des plus grandes puissances mondiales, organisée du samedi 21 au dimanche 22 novembre. La pandémie a privé le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, d’une vitrine pour redorer l’image de son pays qui est ternie par les accusations de violation des droits de l’homme. Le sommet s’est concentré sur « la protection sanitaire et le rétablissement de la croissance économique ». Les vingt pays ont dit « soutenir pleinement » les dispositifs mis en place par l’OMS pour assurer que les vaccins ne bénéficient pas qu’aux pays les plus riches. Emmanuel Macron a quant à lui appelé ses homologues à « aller plus loin, plus vite », en faisant don de doses, en nouant des partenariats industriels ou encore en partageant la propriété intellectuelle.

TELEX

Loisirs. Le XV de France a remporté sa première victoire face à l’Ecosse depuis six ans (22-15). – Jacques Secrétin, ancien numéro 2 mondial de tennis de table, est décédé le 25 novembre à l’âge de 71 ans. – Dans une lettre ouverte adressée à la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, 250 artistes s’inquiètent de la diffusion en streaming des spectacles. – Junon au milieu des nuées, fresque du peintre baroque italien Giambattista Tiepolo, intègre la collection du musée du Louvre. – Dimanche 22 novembre, la cérémonie des American Music Awards a mis plusieurs artistes à l’honneur dont Taylor Swift, The Weeknd ou encore Justin Bieber. – Le prix Wepler 2020 a récompensé les auteurs Muriel Pic et Grégory le Floch. ◊◊◊ France. Jonathann Daval a été condamné à 25 ans de prison le 22 novembre, pour le meurtre de sa femme Alexia. – Décathlon retire ses publicités de CNews pour la fin d’année 2020. – Radio France offrira des publicités gratuites aux ONG et aux associations engagées dans la transition écologique. – L’enquête pour viol concernant Christophe Girard a été classée sans suite. – Les Restos du cœur lancent leur campagne d’hiver le 24 novembre. – EELV désignera son candidat avant la fin septembre 2021, pour l’élection présidentielle de 2022. – Un hommage national a été rendu à Daniel Cordier jeudi 26 novembre. – Deux enquêtes judiciaires ont été ouvertes à l’encontre d’Alain Griset, ministre des PME. ◊◊◊ Coronavirus. Le gouvernement français a ordonné l’abattage de 1 000 visons dans un élevage d’Eure-et-Loir. – Reconfinement à Toronto et dans la région de Peel pour 28 jours. ◊◊◊ Monde. L’Algérien Abou Obeida Youssef al-Annabi est nommé à la tête d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI). – Danone prévoit la suppression de 2 000 postes dont 400 à 500 en France. – Samedi 21 novembre, une attaque terroriste a fait au moins 8 morts à Kaboul près de la Zone verte où se trouvent les ambassades et les compagnies internationales. – Le procès de Joshua Wong, militant pro-démocratie, s’est ouvert lundi 23 novembre à Hong-Kong.

Pin It on Pinterest

Share This